A la rencontre de Turin

Milan a la mode, Florence la culture et Venise les canaux. Turin, quant à elle, a l’industrie. Du moins, c’est la réputation qu’elle s’est forgée au fil du temps, en partie due à l’essor de son industrie automobile.

Alpes italiennes, mai 2012

Vendredi passé, je m’envolais pour la première fois en plein cœur du Piémont et je survolais les Alpes, sans vraiment savoir à quoi m’attendre. Mais après mon séjour, je ne qualifierais pas du tout Turin de ville industrielle. Turin, c’est une vraie ville italienne, c’est-à-dire une ville agréable, où histoire et modernité se rejoignent. Et c’est aussi une perle gastronomique.
Laissez-moi donc vous emmener dans cette ville qui vaut le détour.


Un petit brin d’histoire:

Fondée il y a deux mille ans par l’empereur Auguste, Turin était à l’époque un centre militaire, entourée de remparts. C’est au XVè siècle que Turin devient un pôle politique et administratif, en étant élue capitale du duché de Savoie. Sous l’impulsion de la maison de Savoie, la ville s’agrandit et on assiste à un renouvellement urbaniste et architectural. De nombreux édifices voient le jour sous la forme qu’on leur connaît aujourd’hui, comme le Palazzo Reale ou le Palazzo Madama.
Turin restera une ville importante au fil des siècles, malgré les guerres et occupations successives.
Elle atteint son point culminant au niveau culturel et politique en 1861, lorsqu’elle est choisie comme capitale à la proclamation de l’Unité de l’Italie.

Palazzo Madama, Turin, mai 2012

Palazzo Reale, Turin, mai 2012

Pôle industriel et économique:
Sa réputation de ville industrielle, Turin la doit à la FIAT. Le secteur automobile explose lors de l’éclatement de la première guerre mondiale. Les effectifs de FIAT passent de 4000 à 40000 ouvriers entre 1914 et 1918. C’est durant ces années que sont nées les usines du Lingotto, l’une des premières réalisations de l’architecture industrielle du début du XXe siècle. L’ancienne usine a d’ailleurs été transformée en un hôtel, Le Meridien Lingotto, auditorium et centre commercial.
Mais il n’y a pas que Fiat comme grand nom de l’économie italienne. D’autres sociétés internationales sont nées ou ont leur siège dans la capitale piémontaise. Parmi elles, Lavazza, Cinzano, Martini & Rossi, ou encore le groupe textile GFT, parrain des marques Armani, Cerruti et Valentino.

Culture et contradictions:
Turin, c’est aussi une ville culturelle active. Outre l’organisation tous les deux ans du Salon de l’Auto, Turin accueille également en ce moment-même le Salon du Livre. Elle accueille également un Salon de la musique et le prestigieux festival cinématographique Cinema Giovani.
Mais Turin c’est aussi une ville mystérieuse et ésotérique. Elle conserve jalousement le « saint suaire », et elle attira de nombeurses personnalités parmi lesquelles Paracelse et Nostradamus.
Nietzsche y a vécu plusieurs années et y composa ses oeuvres majeures. Il a d’ailleurs affirmé:

« Turin est le premier endroit où je suis possible »

S.

photos ©juventina010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s