Lyon: art et gastronomie

Les fresques murales

Lyon possède bien des bizarreries. Outre les traboules dont je vous ai parlé précédemment, on découvre une curiosité artistique bien lyonnaise, les murs peints.
Je ne vous parle pas d’un petit mur mis à disposition de taggers afin qu’ils expriment leur art de façon temporaire. Non, à Lyon, on n’a pas fait les choses à moitié.

Au début des années 1980, de jeunes artistes se sont regroupés en associations, la Cité de la Création et Mur’Art, avec pour objectif de donner de la vie aux murs tristement gris de la ville. Ils obtinrent l’accord de la mairie de Lyon pour leur projet, ce qui donna naissance à d’immenses fresques réparties aux quatre coins de la ville.
Quand je vous disais que ce n’étaient pas de petites fresques, je ne vous mentais pas. Certaines atteignent plus de mille mètres carrés !
Et les artistes ont décidé de rendre hommage à la ville en évoquant dans leurs fresques les célébrités lyonnaises, l’imprimerie qui est originaire de Lyon, les métiers de la soie, ou encore la coupe du monde de football de 1998.

Il existe près de 150 fresques, ce qui vaut à Lyon le titre de capitale des murs peints.

Voici quelques adresses à ne pas manquer :

Le mur des Lyonnais, à l’angle des rues Saint-Vincent et de la Martinière
On y voit 31 personnalités lyonnaises, parmi lesquelles le cuisinier Paul Bocuse, l’écrivain Antoine de Saint-Exupéry, l’économiste Jean-Baptiste Say (petit clin d’oeil à mes « compères » ex-marie-hapsiennes), ou encore les frères Auguste et Louis Lumière.

Le Mur des écrivains, à l’angle du quai de la Pêcherie et de la rue de la Platière, sur lequel figurent 300 écrivains lyonnais avec des extraits de texte. On y retrouve notamment le Petit Prince. J’adore car il y a là un superbe trompe-l’oeil avec un facteur peint mais une vraie boite-aux-lettres.

Le Mur des Canuts, face au métro Hénon, plus grande fresque d’Europe (1200 m²), dépeint le quotidien des habitants du quartier, en montrant les caractéristiques des habitats canuts ainsi que la représentation des métiers à tisser.

L’hôtel de la Cour-des-Loges, à côté de la place du Change: un trompe-l’oeil extrêmement bien fait avec un mur en construction et un échafaudage qui paraît tout à fait réel.

P1040526

La Fresque du cinéma, place Gabriel-Péri, met à l’honneur les frères Lumière.

Les grands cuisiniers, au restaurant de Bocuse, à Collonges-au-Mont-d’Or: une fresque de 80 mètres de long, baptisée la « rue des chefs » rend hommage à de grands cuisiniers, ainsi qu’à la famille Bocuse.

Il est possible de suivre une visite guidée des fresques en se renseignant auprès de l’Office du tourisme.

Les Lumières

Lyon aime bien la couleur, mais elle aime bien aussi ce qui brille. Chaque année, autour du 8 décembre, a lieu la traditionnelle fête des Lumières, qui commémore l’inauguration de la statue de la Vierge du clocher de Fourvière. Lyon brille alors de mille feux dès que Phébus disparaît derrière la sainte colline, avec lampions et illuminations magnifiques autour de 250 monuments.
Je n’ai encore jamais assisté à cette fête, mais j’en rêve !

Plus d’informations sur le site http://www.fetedeslumieres.lyon.fr/

Lyon et la gastronomie

Enfin, je souhaite cloturer mes articles lyonnais pour le moment, par quelques adresses incontournables en matière de gastronomie:


Les Halles:

Les Halles de Lyon sont devenues une institution dans la ville. Elles doivent leur renommée internationale au grand chef Paul Bocuse. Il s’agit d’un immense marché, constitué de 3 niveaux, acceuillant 56 commerces et restaurants. La gastronomie régionale est bien sûre mise à l’honneur, avec des produits tels que les quenelles, escargots, charcuterie et Beaujolais. Mais on trouve une vaste palette de produits internationaux également. C’est vraiment un endroit très impressionnant et on se perd vite au milieu de tous ces exposants et de la foule monstrueuse. Difficile de savoir où donner de la tête et quels produits choisir tellement il y a l’embarras du choix.
C’est en tout cas un endroit génial pour ramener des produits locaux facilement accessibles.


Les Brasseries Bocuse:

Manger dans l’un des plus grands restaurants au monde, ça fait rêver, certes. Mais quand on n’a pas le portefeuilles, à Lyon, on peut toujours bien manger.
Il y a les bouchons et les brasseries, mais il y a aussi les brasseries gastronomiques proposées par Bocuse. Il y en a quatre, situées et baptisées selon les points cardinaux.
On y sert une cuisine innovante, moderne et conviviale, à des prix nettement plus abordables.
http://www.nordsudbrasseries.com/

Le restaurant Marguerite:

Situé dans une maison bourgeoise du début du 20ème siècle, le restaurant Marguerite se dit proposer une « cuisine de marché, entre tradition et modernité ». A la tête de la brigade en cuisine, Tabata Bonardi, ancienne candidate de l’émission Top Chef. Je n’ai pas pu goûter car il n’y avait plus de tables disponibles lors de notre séjour, mais on en n’a entendu que du bien. A tester donc:
http://www.nordsudbrasseries.com/marguerite.html

Le restaurant Paul Bocuse

Le restaurant Paul Bocuse

Le chapitre Lyon est clos pour le moment, mais je reviendrai plus tard sur d’autres découvertes dans la région.

A très bientôt,

S.

photos ©juventina010

Publicités

2 réflexions sur “Lyon: art et gastronomie

  1. Pingback: Visiter Lyon | The Wondering Wanderer

  2. Tu as donc eu la chance d’admirer le portrait de cher Jean-Baptiste Say… 😉
    Sinon, hâte de découvrir Lyon aussi maintenant ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s