Rovinj

Bok lecteurs vagabonds,

Dernière étape dans nos visites de l’Istrie, la petite ville côtière de Rovinj (Rovinio en italien).

image

Grouillant de touristes en été, Rovinj reste un vrai port de pêche méditérrannéen. La vieille ville avec ses ruelles pavées et petites places est charmante.
Car même si on trouve les mêmes petites boutiques de souvenirs qu’à Porec, l’atmosphère est beaucoup plus calme et détendue. Elle détient également quelques trésors issus de son passé vénitien. Comme le reste de l’Istrie, Rovinj passa du règne autrichien au français puis italien, avant de faire partie de la Yougoslavie et aujourd’hui de la Croatie. Ses vestiges, son architecture et son bord de mer font de Rovinj le petit bijou de l’Istrie.

Sous des airs de Venise

On commence la visite en partant de la marina, quartier animé très joli. Les maisons aux façades colorées baignent presque sur la mer, rappelant beaucoup Venise.
Sur le coin ouest du port se trouve Batana House: un musée dédié au batana, un bateau de pêche à fond plat, symbole des traditions marines de Rovinj.

De là, direction la vieille ville. On passe sous l’Arche Balbi, qui fut construite en 1679, à l’emplacement de l’ancienne porte de la ville. Le sommet de l’arche est orné d’une tête turque d’un côté et d’une tête vénitienne de l’autre.

Depuis l’arche, on grimpe dans une ruelle pavée nommée Grisia. Tout le long se logent des galeries d’art et boutiques. Les artistes locaux y vendent leurs tableaux et créations.
Tout autour de cette montée, on tombe sur des squares avec terasses de restaurants, sur des ruelles débouchant sur la mer à la manière de Venise, et sur des maisons avec portails, fenêtres et balcons de styles variés. Ces petits coins ont un charme fou!
Grisia se termine au sommet de la colline, au pied de l’attraction principale de Rovinj: l’église de Sainte-Euphémie.

L’église de Sainte-Euphémie

L’imposante église est le plus grand monument baroque de l’Istrie et fut bâtie au 18ème siècle, alors que la ville était en plein essort.

Dans l’église se trouve la tombe de Sainte-Euphémie. Euphémie était fille d’un sénateur sous l’empereur Dioclétien. Elle fut torturée à cause de sa foi chrétienne avant d’être jetée en pature aux lions et de mourir en martyre.

Selon la légende, son corps disparut un soir de tempête pour réapparaître dans un sarcophage sur les côtes de Rovinj.

Les villageois voulurent transporter le sarcophage en haut de la colline où on construirait un sanctuaire. Mais personne n’y parvint, le sarcophage étant trop imposant.
Jusqu’à un jour de septembre, durant lequel un jeune garçon suivi par deux veaux se proposa d’essayer. Il réussit « miraculeusement » à déplacer le sarcophage sans effort, jusqu’au sommet de la collinne, où il se trouve aujourd’hui.

La mémoire de la sainte est célébrée chaque année en septembre.

Le beffroi, juxtaposé à l’église, fut construit selon le modèle de celui de de la Piazza San Marco à Venise, et est surmonté d’une statue de Sainte-Euphémie qui donne l’orientation du vent. On peut monter tout en haut afin d’admirer une vue incroyable sur l’Adriatique et le petit archipel le long de la côte. Par contre, la montée n’est pas aisée: il s’agit de marches en bois, assez espacées les unes des autres, et terminées par une sorte d’échelle en bois comme on en trouve dans les geniers. Je vous laisse imaginer la montée en tongues 🙂
Mais ça en vaut vraiment la peine.

Nous déjeunons sur le port, bercés par la douceur de la ville et les flots de la mer.

S.

photos ©juventina010

A voir aussi en Istrie:

Porec

Pula

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s