Sibenik

La météo se gâte lorsque nous quittons Krka. Il est cependant encore tôt, c’est pourquoi nous tentons de nous rendre à Sibenik.
DSC_0039 (2)bis
A la différence des autres grandes villes de la région, Sibenik n’a pas été construite par les Romains ou les Grecs, mais bien par les Croates. Mais commes les autres, elles fut envahies par les Byzantins, les Vénitiens et les Hungaro-Croates notamment. Après la chute de l’empire vénitien, provoqué par les troupes de Napoléon, Sibenik fut récupérée par la France qui favorisa le développement de l’agriculture, de l’instruction, des routes etc.
A la fin du règne de Napoléon, les Autrichiens prirent à nouveau la ville mais durent la céder après le traité de Vienne. Ce sont les habitants eux-mêmes qui délivrèrent la ville et demandèrent un rattachement au royaume de Yougoslavie. Sibenik fit encore prise par les Italiens suivis des Allemands pendant la seconde guerre mondiale et subit de nombreux dégâts lors de bombardements.

Les partisans de Tito délivrèrent la ville en novembre 1944. Sibenik devint alors un grand port et une cité industrielle importante. Les bombardements lors de la guerre de Yougoslavie ont mis fin à cette prospérité. Et bien que le tourisme soit important, la ville n’a pas retrouvé sa santé économique d’avant 1991.

Malgré tout, c’est une ville qui vaut la peine d’être visitée.

A l’extérieur des remparts, on trouve quelques ruines, témoignage des occupations passées.
Nous entrons dans la vieille ville et arrivons directement sur la place principale, où se trouve le monument incontournable de la ville: sa cathédrale.

La cathédrale Saint-Jacques est l’une des plus fascinantes du pays. Elle fut construite en plusieurs étapes, par plusieurs architectes différents. Elle arbore un superbe portail de style Renaissance. Comme à Trogir, deux colonnes supportées par des lions soutiennent Adam et Eve. Au chevet de l’église, on remarque des visages sculptés de gens ordinaires. Devant la façade de la cathédrale, trône une statue de Georges le Dalmate, le principal architecte de cet édifice.


Sur le flanc de la cathédrale se trouve l’ancien hôtel de ville, un édifice en style Renaissance. On remarque de jolies arcades sous lesquelles se trouve un restaurant.


On se balade un peu dans les sympathiques ruelles ou se mêlent styles et époques.

Lorsqu’on lève les yeux, on aperçoit au loin le Château Saint-Michel perché sur une colline qui domine le quartier médiéval.

Le vent de plus en plus fort annonce une tempête imminente. Il est temps pour nous de rentrer à l’hôtel.

S.

photos ©juventina010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s