Split

Notre voyage croate touche à sa fin. Il est grand temps de vous présenter Split.

DSC_0065 (2)

Les inconvénients de la ville

Split est la deuxième ville de Croatie après Zagreb, et ça se voit. En entrant par la route, on remarque que le trafic est dense, à l’inverse des autres villes que nous avons visitées. L’autoroute possède davantage de bandes de circulation, et surtout la ville constitue un carrefour vers les grandes destinations du pays. L’autoroute se divise et permet de se diriger vers les quatre coins du pays. Même la route qui mène au cœur de la ville est vaste et les directions ne sont pas simples.
Par exemple, pour se rendre dans la vieille ville, il y a deux chemins différents : un via le centre-ville de Split (bocson pas possible) et un via l’embarcadère des ferrys (plus simple et direct mais tout aussi bouchonné). On renoue avec les sensations bruxelloises, les gens qui doublent n’importe comment, les voitures en double file et les feux rouges tous les trois mètres. Bref, la première impression ne fut pas des plus agréables. De plus, nous avons tourné en rond plusieurs fois autour du port à la recherche de parking, à notre arrivée le premier soir, en vain. Nous avons capitulé sous la vue des voitures parquées dans tous les sens et de la foule de piéton. Il faut dire aussi que nous arrivés un samedi soir, en plein festival du film méditerranéen.

DSC_0066 (2)

Ce ne fut que partie remise puisque deux jours plus tard nous étions de retour dans la cohue citadine. Il nous a fallu un peu de temps avant de trouver une place dans une rue payante près de la gare routière. En Croatie, les horodateurs n’acceptent que certaines pièces. Impossible donc de payer avec un billet ou par carte. Nous interpellons un couple d’âge mur à proximité pour demander aimablement de nous échanger de la monnaie. Grâce à des gestes explicites, on a réussi à se faire comprendre auprès de ces drôles de personnes qui visiblement ne parlaient pas un mot d’une langue différente de la leur – du Russe me semblait-il. Bon, les maladroits ont appuyé pour demander un ticket avant que nous ayons pu mettre toute la monnaie dans la machine. On n’avait droit qu’à 2heures de stationnement. Pourvu que la police ne passe pas contrôler…. Après, le gars nous a parlé en Russe pendant au moins 5 bonnes minutes, persuadé qu’on comprenait tout ce qu’il disait, alors que je n’entendais que « bla blabla blabla bla ». Monsieur et moi on s’est regardés, aussi désarçonnés l’un que l’autre, avant de se retenir d’éclater de rire. Nous sommes néanmoins très reconnaissants envers ces deux personnes, car deux mois après notre retour, nous n’avons pas (encore) reçu d’amende.

Nous arrivons à l’une des entrées du Palais de Dioclétien, qui renferme la vieille ville de Split.

Cela mérite une petite explication.


Le palais
dans la ville

L’Empereur romain Dioclétien fit construire un immense palais d’environ 31.000 mètres carrés en bordure de mer et au pied du mont Marjan. Une construction qui dura 10 ans, de l’an 295 à 305.
Il fit venir 10.000 esclaves égyptiens pour réaliser cette construction, utilisant la pierre blanche de Braç. Il importa du marbre d’Italie et de Grèce et des sphinx d’Egypte, que l’on peut encore voir à l’intérieur.
Le palais fut fortifié et possédait 16 tours, dont 3 sont encore visibles aujourd’hui.

Dioclétien abdiqua en l’an 305 et passa les dernières années de sa vie dans son palais. Il y fit même construire son mausolée.

Avec le temps et notamment les influences chrétiennes, des modifications furent apportées au palais. Le mausolée fut transformé en une sublime cathédrale qui se trouve sur la place principale de ce qui est aujourd’hui la vieille ville.

On peut vraiment dire que le palais renferme une ville dans la ville, où quelques 3000 personnes habitent et travaillent.

Visite de la ville dans le palais

Nous entrons donc par une porte du côté de la mer. Il y a un grand marché tout le long, avec des vêtements, brols à touristes, puis les vendeurs de fruits et légumes et aussi des artisans qui tissent et vendent de la dentelle en rue. Tous sont des hommes et femmes d’un certain âge, peu de la jeune génération (sauf dans les stands à touristes).

Nous avançons au hasard dans le dédale des ruelles pour nous retrouver sur la place principale du palais, dite le « péristyle ».

Il s’agit d’une cour à ciel ouvert, entourée d’arcades. C’était l’endroit où les fidèles venaient rendre hommage à Dioclétien. Aujourd’hui les arcades cachent des appartements et restaurants.

On surnomme également cette place la « cour de la cathédrale », car la cathédrale Saint-Domnius fut érigée ici, à même le mausolée.

Donnant sur la place également, un baptistère, dans ce qui fut jadis le temple de Jupiter. Nous déjeunons en terrasse au restaurant Lvxor, où il est aussi possible de simplement boire un verre. Des coussins sont disposés au sol sur les marches des escaliers qui bordent la place, une pratique courante en Croatie.

Nous reprenons la promenade dans les ruelles, et passons par de petites places ou devant des maisons, appartements et jardins charmants. De temps à autre, alors qu’on lève le regard, nous apercevons des clochers d’anciennes églises ou les tours du palais. Les vestiges du passé se fondent totalement dans le décor vivant d’aujourd’hui.

Nous sortons du palais Dioclétien devant un petit parc où sont installés des brocanteurs. Ils vendent des timbres, anciennes coupures de journaux et vinyles. Mais l’un des exposants vend une collection impressionnante d’objets vintage – allant de la loupe d’Indiana Jones à une réplique de gramophone. L’envie de ne pas partir les mains vides est forte. Je me rabats alors sur quelques classiques du rock, beaucoup plus abordables.

Nous retournons dans la vieille ville et terminons par un tour au marché.

Ensuite, vu la météo toujours pas clémente, nous abandonnons l’idée du ferry et rentrons à notre hôtel à Podstrana, dans la banlieue de Split.

Je vous laisse cependant avec quelques photos de la veille, un soir où nous avons pu profiter d’une belle accalmie. Il s’agit de Podstrana, village balnéaire à la sortie de Split, où l’on peut profiter de plages et plateformes. L’endroit bénéficie également d’un joli panorama sur Split.

S.

photos ©juventina010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s