Marrakech #1: La Koutoubia

Après un été un peu mitigé, mon compagnon et moi avions vraiment envie d’une escapade au soleil et surtout d’un endroit relax où on peut allier détente, ambiance club et visites culturelles, avec un budget serré.

Après avoir reçu de nombreux échos positifs, notre choix s’est naturellement tourné vers Marrakech.

Nous étions heureux de partir à la découverte de cette ville unique, et les appréhensions que je pouvais avoir, dues aux craintes des proches sur les actualités récentes, se sont rapidement envolées une fois sur le sol marocain. Marrakech semble une ville relativement sûre et surtout, il y a des touristes partout. On entend pratiquement que parler français!

Arrivés par les airs, nous distinguons la silhouette indéfinie de la medina (la vieille ville). Une masse de couleurs terre et ocre d’où s’élèvent vers le ciel les nombreux minarets.
L’impatience me gagne mais je devrai réfréner mes envies car le passage au contrôle des frontières s’avère être un fiaco total. Deux heures durant lesquelles les gens bousculent, passent à travers les files (à un moment donné, il n’y a carrément plus de file) et un seul guichet ouvert. Heureusement qu’un garde nous propose de passer ailleurs pour enfin en finir avec ce bazar. Première impression donc, un manque total d’organisation.

Cela continuera à l’hotel, où ils ont dû s’arranger pour nous trouver une chambre car ils avaient un problème de sur-booking. Cette sensation que rien n’est clair et que la vie fonctionne comme le souk me suivra tout le séjour avec des agents qui doivent appeler mais on attend toujours et, bien sûr, personne ne sait rien. Bref, il vaut mieux que je m’y fasse.
Par contre, le sourire et la gentillesse sont toujours au rendez-vous.

Le premier jour donc, le temps que notre chambre soit prête, nous partons explorer la Médina.

La Médina

La médina est la vieille ville de Marrakech. C’est son centre historique et point névralgique. On y trouve les fameux souks, constamment animés, ainsi que de somptueux palais et jardins, havres de paix dans cette ville en mouvement.

Les grandes artères de la « nouvelle ville » nous mènent à l’entrée de la médina. Nous traversons les remparts bordés de palmiers qui la ceinturent.

En 1602, le sultan Youssef ben Tachfine, chef de la tribu berbère des Almoravides, cherche un endroit idéal pour s’installer et s’enrichir. Venu du sud du continent, il trouve à Marrakech la capitale de son royaume: des terres fertiles au confluent entre les sables du Sahara, les monts enneigés de l’Atlas et les ports de l’Atlantique.
Afin de protéger sa perle rare, le sultan fait construire 19 km de remparts. Plus de 10 siècles plus tard, les épais murs aux teintes ocres se dressent toujours autour de la vieille ville. Ils sont devenus un lieu de promenade, à pieds ou en calèche.

En continuant notre chemin, on s’imprègne de l’ambiance de la ville. On découvre une ville assez pittoresque. Les femmes sont vêtues des habits traditionnels. Certains hommes également. Les terrasses sont remplies d’hommes qui ont l’air d’avoir tout le temps du monde devant eux. Nous passons rapidement à la place Jemâa El-Fna, qui parait assez calme et vide, nous y retournerons. Nous arrivons à l’autre endroit symbolique de la ville: la mosquée de la Koutoubia.

La Koutoubia

Un siècle après leur arrivée, les Almoravides qui ont entre-temps conquis une partie de l’Espagne ont décliné. Les Almohades – autre tribu berbère – se sont emparés de Marrakech. Ils ont décidé de rebâtir la ville à leur image et entreprirent la construction de palais, jardins et mosquées. Ils commèrent par bâtir la mosquée de la Koutoubia.

La mosquée fut achevée au XIIe siècle, sous Yakoub el-Mansour. Elle doit son nom aux libraires – les koutoubiyin – qui vendaient des livres saints à ses abords. Le minaret se dresse à plus de 70 mètres du sol, en lieu et place d’un ancien palais almoravide.

Selon la légende, les 3 boules dorées qui brillent à son sommet seraient faites du métal des bijoux de la sultane Zineb, pour se faire pardonner d’avoir rompu le jeûne du ramadan. En réalité, elles sont faites de cuivre, mais cela n’enlève rien à sa beauté.
Cinq fois par jour, une voix s’élève sur Marrakech pour la prière. Les fidèles se tournent alors vers la Mecque pour prier. Les non musulmans ne pourront pas la visiter (l’accès à tous les sites religieux du pays est interdit aux non musulmans). Nous pourrons par contre apprécier ce joyau de l’architecture arabo-andalouse, avec ses sobres ornements et faïences, et ensuite nous balader dans les magnifiques jardins de roses et d’orangers au pied du minaret.

Nous longeons ensuite le Cyber Parc, un jardin où se trouvent des bornes de connection internet. Les Marrakchis peuvent alors surfer tranquillement à l’ombre des orangers. Nous passons ensuite devant l’hotel de ville et retournons à notre hotel nous reposer du voyage.

S.

photos ©juventina010

Ps: je poste depuis un smartphone et je ne maitrise pas trop le traitement photo donc si elles apparaissent un peu n’importe comment, je m’en excuse. Ce sera modifié en rentrant.

Publicités

Une réflexion sur “Marrakech #1: La Koutoubia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s